Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 novembre 2015 7 29 /11 /novembre /2015 21:06

 

Si l’on veut remédier au problème des bornes de rechargement peu nombreuses en rapport à la quantité de voitures électriques qui devraient remplacer les anciennes, soit quasiment la totalité du parc roulant. Alors, il faut fabriquer des voitures électriques avec "deux groupes de batteries embarquées interchangeables", c’est cela l’astuce pour une autonomie accrue, cerise sur le gâteau, bien supérieure aux voitures actuelles.

 

La situation est la suivante : un véhicule électrique démarre avec ses deux groupes de batteries chargées ; pendant le début de son trajet, le véhicule sollicite un seul groupe de batteries, ensuite à partir d’un niveau de déchargement à définir, c’est le second groupe de batteries qui prend le relais, sauf que cette fois, le fait de circuler va permettre au premier groupe de batteries de se recharger. Une fois rechargé, c’est lui qui à son tour prendra le relais du second, et ainsi de suite. Ce système de "permutations" (s’il est réalisable) va permettre aux automobilistes de parcourir en toute autonomie des milliers et des milliers de kilomètres sans être obligés de s’arrêter à des bornes de rechargement. La seule vérification d’usage sera le contrôle de l’état des groupes de batteries concernant leur durée de vie.

 

Pour arriver à réunir les deux groupes distincts de batteries dans un véhicule, j’entrevois trois possibilités : soit le véhicule est surélevé à cause du doublement du plancher, soit le véhicule est rallongé, soit le véhicule est équipé d’une remorque.

 

Mais là n’est pas l’essentiel ; car l’essentiel est de trouver le mécanisme de rechargement des batteries à partir de la seule force motrice du véhicule. En cela, il faut se servir de l’énergie cinétique du véhicule et la convertir en énergie électrique, afin de procéder au rechargement du groupe de batteries au repos pendant que l’autre groupe travaille.

 

 

L'éclaireur du Temps

 

 

P.-S. : Cette idée, je la déclare publiquement libre de droits et je la délivre à toutes et à tous en contribution à l'amélioration de la vie future sur terre, tant pour le bien-être de l'humanité que pour l'ensemble des espèces. Dans le dessein d'être développée, cette idée est exploitable par tout le monde qu'il s'agisse d'un individu, d'un groupe, d'une société ou encore d'un pays. Ma plus grande satisfaction et mon seul désir résident dans le fait de voir cette idée se concrétiser.

 

 

Bien à tous, fraternellement...

 

 

 

Réactions et réponses

 

 

- « Tu as inventé l’énergie éternelle !! »

 

- Non, j’ai inventé l’énergie récupérable ! Et on peut la récupérer de différentes manières avec un véhicule en déplacement. Le but est que cette récupération d’énergie permette à un groupe de batteries au repos de se recharger, pendant que l’autre groupe travaille et vice versa selon un équilibre idéal à définir quant au moment précis où le relais doit être pris. Avec mon système, l’entropie n’entre pas en jeu puisqu’il ne s’agit pas de consommation d’énergie, mais de transformation d’énergie. On peut récupérer de l’énergie au niveau des roues ou encore au niveau du véhicule à l’extérieur si on le munit d’ouvertures laissant pénétrer le vent ou l’air, afin d’activer des ailettes génératrices d’électricité servant à réalimenter le groupe de batteries au repos. Ce système, je le répète encore une fois, permettrait d’avoir pour un véhicule électrique une autonomie totale dont la seule limitation serait la durée de vie des groupes de batteries.

 

---------------------------------------

 

- « Pour le coup, "En cela, il faut se servir de l’énergie cinétique du véhicule et la convertir en énergie électrique, afin de procéder au rechargement du groupe de batteries au repos pendant que l’autre groupe travaille." Ceci est une très mauvaise idée. Ce que tu dis là, c'est que tu utilises l'énergie cinétique de la voiture pour recharger les batteries. Conservation de l'énergie oblige, si tu utilises l'énergie cinétique de la voiture, tu la consommes, donc la voiture ralentis.
Conclusion : tu dois ralentir pour recharger tes batteries pour avoir suffisamment d'énergie pour ... accélérer. Cela ne peut pas marcher. Par contre, l'idée d'avoir des batteries embarquées qui se rechargent n'est pas mauvaise et ne date pas d'hier. Récupérer l'énergie perdue au moment du freinage est par exemple qqch qui est utilisé dans d'autres moyens de locomotions. »

 

- Cher Damien, vous ne possédez pas la vision globale de mon mécanisme. Mon système fonctionne sur deux temps, pendant que le premier groupe de batteries distribue son énergie au véhicule pour le faire rouler, le second groupe se recharge grâce à la récupération d’énergie. J’y parle de roues et d’ouvertures, mais on peut y ajouter le freinage comme vous me le suggérez. L’addition des ressources utiles est la bienvenue, car plus, on récupérera d’énergie ; plus, le système sera performant.

Cela signifie, aussi, que de la vitesse du véhicule dépend la quantité d’énergie récupérable, pour recharger les batteries au repos. Par exemple, on peut critiquer à raison mon système en disant qu’un véhicule dans les bouchons ne produira pas assez d’énergie à cause de sa vitesse réduite. Toutefois, les bouchons ne sont jamais que temporaires et avant que mon double groupe de batteries ne s’épuise, le véhicule les aura quittés. Dans ce cas précis, il est possible que le véhicule demande à être relié à une borne de rechargement, afin de compléter le chargement des groupes de batteries.

Par rapport au système des ouvertures extérieures, on peut aussi compter sur un surplus d’énergie par temps venteux ; de ce fait, en plus de grilles de protection, il faut trouver la bonne inclinaison des ouvertures, afin d’éviter les obturations par des feuilles, des fétus de bois ou d’autres débris.

 

---------------------------------------

 

Bonjour,


Je suis vraiment désolé (vraiment...) de vous dire que votre manque de connaissance de la physique vous mène à croire ce que vous écrivez. 
Vous tentez de faire un mécanisme à mouvement perpétuel contemporain (https://fr.wikipedia.org/wiki/Mouvement_perp%C3%A9tuel ). Ce n'est pas possible. Comme vous l'a expliqué Damien, à cause de la conservation de l'énergie. 

Vous dites que: on dépense 1KWh pour faire accélérer le véhicule. On obtient à cause du rendement des moteurs et de la voiture 0.85KWh d'énergie cinétique (en gros). 
On freine alors la voiture jusqu'à l'arrêt avec un générateur électrique qu'on stocke dans la deuxième batterie. On obtient alors 0.85*0.85= 0.72KWh d'énergie électrique dans la seconde batterie. 

Bilan: votre voiture est à l'arrêt, vous n'avez pas avancé, et vous avez déjà perdu 28% de l'énergie en chaleur... alors que vous n'avez rien fait. 

Par contre, sachez que toutes les voitures électriques (même les Prius) utilisent déjà un freinage qui recharge sa batterie! Mais on ne pourra pas faire mieux... Désolé.

 

- Cher Rémi, ne soyez pas désolé, car chaque commentaire fait progresser les choses. Je reprend le lien Wikipédia sur le mouvement perpétuel : "Le mouvement perpétuel désigne l'idée d'un mouvement (généralement périodique), au sein d'un système, capable de durer indéfiniment sans apport extérieur d'énergie ou de matière, ni transformation irréversible du système."


Vous verrez qu'avec mon complément ci-dessous que je me sers d'un apport extérieur d'énergie, je ne peux pas violer les lois de la physique, j'en conviens ; mais , plus que les lois, c'est la conception et la réalisation suivies d'expériences qui priment, c'est-à-dire qu'il ne faut pas envisager mon système que sous un aspect théorique.

Si on peut faire mieux, je pense que l'on peut exploiter l'énergie de la force du vent, celle provoquée par le déplacement du véhicule ainsi que celle produite naturellement. Voilà comment, j'entrevois la chose : il faut disposer sur le toit du véhicule, une série de tubes tous munis d'ailettes sur toute leur longueur, Le nombre d'ailettes et la taille des tubes sont à définir pour un rendement optimum. Je pense qu'avec ce procédé, la récupération d'énergie sera suffisante et permettra de donner vie à mon système de permutation.

Bien à vous...

 

---------------------------------------

 

Il faut savoir que pour la voiture électrique il existe un OBJET efficace qui permet la transformation du mouvement cinétique en énergie et inversement, il s'agit d'un projet porté par l'entreprise Michelin :http://voituredufutur.autodeclics.com/?p=6941

 

- Merci Gautier, pour ce complément d'information qui est à étudier minutieusement !


Bien à vous...

 

---------------------------------------

 

- Cette solution ne me semble pas très sérieuse.. (échelle d'énergie de récupération insuffisante)

La PAC hydrogène avec nano-supercondensateurs (chargés solairement ou pas) me paraît une meilleure solution, ou bien les batteries sodium-air peu chères à l'avenir, etc..
http://www.sciencedirect.com/.../pii/S1359028612000198

Faisons confiance aux inventeurs & ingénieurs!

 

- Des batteries sodium-air qui contiennent de l'électricité et sont rechargeables donc compatibles avec mon système, c'est prometteur. Pourquoi pensez-vous que l'échelle d'énergie de récupération est insuffisante ? Quels sont les principes physiques non respectés ?

 

Bien à vous...

 

- La récupération au niveau des roues, des suspensions, de l'air par mini éolienne, des vibrations de la caisse par piézo électricité, etc.. tout ceci ne produit que peu d'énergie, et ne suffirait qu'à faire qq kms à mon avis..


La meilleure technique de récupération pour moi est le freinage (les super condensateurs se chargent en qq secondes contrairement aux batteries) et ensuite les cellules seebeck qui récupèrent la chaleur du pot d'échappement si moteur thermique, mais cela n'est tjrs pas suffisant!

La densité énergétique nécessaire pour une voiture est très élevée 
Pour les Tesla, il s'agit de batteries Li Ion mais elles sont lourdes et encore chères
https://fr.wikipedia.org/wiki/Tesla_Model_S
Les batteries nano li polymères sont la dernière génération, très puissantes et légères, mais elles sont dangereuses // incendie en cas de choc...

 

- On peut peut-être faire mieux, si l'on peut exploiter l'énergie de la force du vent, celle provoquée par le déplacement du véhicule ainsi que celle produite naturellement. Voilà comment, j'entrevois la chose : il faut disposer sur le toit du véhicule, une série de tubes tous munis d'ailettes sur toute leur longueur, Le nombre d'ailettes et la taille des tubes sont à définir pour un rendement optimum. Je pense qu'avec ce procédé, la récupération d'énergie sera suffisante et permettra de donner vie à mon système de permutation.

 

- Intéressant, mais à comparer à l'augmentation de consommation du véhicule (moi je pensais plutôt derrière la grille moteur du devant, l'énergie restera faible de toute manière et le moteur chauffera plus). C'est le travail des spécialistes de mécanique des fluides de calculer tout ça...

 

- En plus du toit, on peut aussi installer des tubes sur le capot ainsi que sur les portes à l'avant. N'oubliez pas que chaque tube comporte plusieurs ailettes alignées ce qui amplifient considérablement la récupération d’énergie ; Maintenant, je pense que seuls des essais sont aptes à valider ma vision. Surtout, il ne faut pas chercher la perfection, mais l'utilité du système, c'est-à-dire que la récupération d'énergie, même si elle est inférieure à l'énergie consommée - et elle le sera - trouve tout de même son utilité par une autonomie accrue permettant des trajets kilométriques supérieurs aux véhicules essences ; de plus, cela permet aussi une meilleure gestion du timing relatif au rechargement des batteries. On peut aussi compléter le dispositif comme vous le pensiez derrière la grille moteur du devant.

 

Bien à vous...

 

---------------------------------------

Si l’on veut remédier au problème des bornes de rechargement peu nombreuses en rapport à la quantité de voitures électriques qui devraient remplacer les anciennes, soit quasiment la totalité du parc roulant. Alors, il faut fabriquer des voitures électriques avec "deux groupes de batteries embarquées interchangeables", c’est cela l’astuce pour une autonomie accrue, cerise sur le gâteau, bien supérieure aux voitures actuelles.

 

La situation est la suivante : un véhicule électrique démarre avec ses deux groupes de batteries chargées ; pendant le début de son trajet, le véhicule sollicite un seul groupe de batteries, ensuite à partir d’un niveau de déchargement à définir, c’est le second groupe de batteries qui prend le relais, sauf que cette fois, le fait de circuler va permettre au premier groupe de batteries de se recharger. Une fois rechargé, c’est lui qui à son tour prendra le relais du second, et ainsi de suite. Ce système de "permutations" (s’il est réalisable) va permettre aux automobilistes de parcourir en toute autonomie des milliers et des milliers de kilomètres sans être obligés de s’arrêter à des bornes de rechargement. La seule vérification d’usage sera le contrôle de l’état des groupes de batteries concernant leur durée de vie.

 

Pour arriver à réunir les deux groupes distincts de batteries dans un véhicule, j’entrevois trois possibilités : soit le véhicule est surélevé à cause du doublement du plancher, soit le véhicule est rallongé, soit le véhicule est équipé d’une remorque.

 

Mais là n’est pas l’essentiel ; car l’essentiel est de trouver le mécanisme de rechargement des batteries à partir de la seule force motrice du véhicule. En cela, il faut se servir de l’énergie cinétique du véhicule et la convertir en énergie électrique, afin de procéder au rechargement du groupe de batteries au repos pendant que l’autre groupe travaille.

 

 

L'éclaireur du Temps

 

 

P.-S. : Cette idée, je la déclare publiquement libre de droits et je la délivre à toutes et à tous en contribution à l'amélioration de la vie future sur terre, tant pour le bien-être de l'humanité que pour l'ensemble des espèces. Dans le dessein d'être développée, cette idée est exploitable par tout le monde qu'il s'agisse d'un individu, d'un groupe, d'une société ou encore d'un pays. Ma plus grande satisfaction et mon seul désir résident dans le fait de voir cette idée se concrétiser.

 

 

Bien à tous, fraternellement...

Si l’on veut remédier au problème des bornes de rechargement peu nombreuses en rapport à la quantité de voitures électriques qui devraient remplacer les anciennes, soit quasiment la totalité du parc roulant. Alors, il faut fabriquer des voitures électriques avec "deux groupes de batteries embarquées interchangeables", c’est cela l’astuce pour une autonomie accrue, cerise sur le gâteau, bien supérieure aux voitures actuelles.

 

La situation est la suivante : un véhicule électrique démarre avec ses deux groupes de batteries chargées ; pendant le début de son trajet, le véhicule sollicite un seul groupe de batteries, ensuite à partir d’un niveau de déchargement à définir, c’est le second groupe de batteries qui prend le relais, sauf que cette fois, le fait de circuler va permettre au premier groupe de batteries de se recharger. Une fois rechargé, c’est lui qui à son tour prendra le relais du second, et ainsi de suite. Ce système de "permutations" (s’il est réalisable) va permettre aux automobilistes de parcourir en toute autonomie des milliers et des milliers de kilomètres sans être obligés de s’arrêter à des bornes de rechargement. La seule vérification d’usage sera le contrôle de l’état des groupes de batteries concernant leur durée de vie.

 

Pour arriver à réunir les deux groupes distincts de batteries dans un véhicule, j’entrevois trois possibilités : soit le véhicule est surélevé à cause du doublement du plancher, soit le véhicule est rallongé, soit le véhicule est équipé d’une remorque.

 

Mais là n’est pas l’essentiel ; car l’essentiel est de trouver le mécanisme de rechargement des batteries à partir de la seule force motrice du véhicule. En cela, il faut se servir de l’énergie cinétique du véhicule et la convertir en énergie électrique, afin de procéder au rechargement du groupe de batteries au repos pendant que l’autre groupe travaille.

 

 

L'éclaireur du Temps

 

 

P.-S. : Cette idée, je la déclare publiquement libre de droits et je la délivre à toutes et à tous en contribution à l'amélioration de la vie future sur terre, tant pour le bien-être de l'humanité que pour l'ensemble des espèces. Dans le dessein d'être développée, cette idée est exploitable par tout le monde qu'il s'agisse d'un individu, d'un groupe, d'une société ou encore d'un pays. Ma plus grande satisfaction et mon seul désir résident dans le fait de voir cette idée se concrétiser.

 

 

Bien à tous, fraternellement...

Partager cet article
Repost0

commentaires

jlduret 07/12/2015 08:38

D'autres avant moi l'ont dit et je le redis ici : vous croyez avoir inventé le "mouvement perpétuel" qui hélas est un mythe aussi vieux que la pierre philosophale.
A cause du "rendement de tout mécanisme" et "des frottements _air, pneus_ vous avez en plus de l'énergie qui est perdue _dissipée en chaleur_ pour rien.
Le rendement de votre moteur électrique est au mieux de 85%, cad de 15% de l'électricité de votre batterie est perdue. A la recharge, le rendement sera au mieux de 80% et donc 20% de perdus.
Donc lorsque vous roulez avec la batterie 2, 15% de perdus pour vous faire avancer et 20% de perdu pour recharger batterie N°1 = il ne fait aucun doute qu'assez vite vos 2 batteries seront à plat. Je suis étonné que vous ne le compreniez pas !

Rémi 06/12/2015 10:41

Bonjour,

Je suis vraiment désolé (vraiment...) de vous dire que votre manque de connaissance de la physique vous mène à croire ce que vous écrivez.
Vous tentez de faire un mécanisme à mouvement perpétuel contemporain (https://fr.wikipedia.org/wiki/Mouvement_perp%C3%A9tuel ). Ce n'est pas possible. Comme vous l'a expliqué Damien, à cause de la conservation de l'énergie.

Vous dites que: on dépense 1KWh pour faire accélérer le véhicule. On obtient à cause du rendement des moteurs et de la voiture 0.85KWh d'énergie cinétique (en gros).
On freine alors la voiture jusqu'à l'arrêt avec un générateur électrique qu'on stocke dans la deuxième batterie. On obtient alors 0.85*0.85= 0.72KWh d'énergie électrique dans la seconde batterie.

Bilan: votre voiture est à l'arrêt, vous n'avez pas avancé, et vous avez déjà perdu 28% de l'énergie en chaleur... alors que vous n'avez rien fait.

Par contre, sachez que toutes les voitures électriques (même les Prius) utilisent déjà un freinage qui recharge sa batterie! Mais on ne pourra pas faire mieux... Désolé.

Kristen Chaman 06/12/2015 13:30

Cher Rémi, ne soyez pas désolé, car chaque commentaire fait progresser les choses. Je reprend le lien Wikipédia sur le mouvement perpétuel : "Le mouvement perpétuel désigne l'idée d'un mouvement (généralement périodique), au sein d'un système, capable de durer indéfiniment sans apport extérieur d'énergie ou de matière, ni transformation irréversible du système."

Voue verrez qu'avec mon complément ci-dessous que je me sers d'un apport extérieur d'énergie, je ne peux pas violer les lois de la physique, j'en conviens ; mais , plus que les lois, c'est la conception et la réalisation suivies d'expériences qui priment, c'est-à-dire qu'il ne faut pas envisager mon système que sous un aspect théorique.

Si on peut faire mieux, je pense que l'on peut exploiter l'énergie de la force du vent, celle provoquée par le déplacement du véhicule ainsi que celle produite naturellement. Voilà comment, j'entrevois la chose : il faut disposer sur le toit du véhicule, une série de tubes tous munis d'ailettes sur toute leur longueur, Le nombre d'ailettes et la taille des tubes sont à définir pour un rendement optimum. Je pense qu'avec ce procédé, la récupération d'énergie sera suffisante et permettra de donner vie à mon système de permutation.

Bien à vous...

Gautier 04/12/2015 15:59

Il faut savoir que pour la voiture électrique il existe un OBJET efficace qui permet la transformation du mouvement cinétique en énergie et inversement, il s'agit d'un projet porté par l'entreprise Michelin : http://voituredufutur.autodeclics.com/?p=6941

Kristen Chaman 06/12/2015 13:34

Merci Gautier, pour ce complément d'information qui est à étudier minutieusement !

Bien à vous...

Damien 01/12/2015 09:59

Pour le coup, "En cela, il faut se servir de l’énergie cinétique du véhicule et la convertir en énergie électrique, afin de procéder au rechargement du groupe de batteries au repos pendant que l’autre groupe travaille." Ceci est une très mauvaise idée. Ce que tu dis là, c'est que tu utilises l'énergie cinétique de la voiture pour recharger les batteries. Conservation de l'énergie oblige, si tu utilises l'énergie cinétique de la voiture, tu la consommes, donc la voiture ralentis.
Conclusion : tu dois ralentir pour recharger tes batteries pour avoir suffisamment d'énergie pour ... accélérer. Cela ne peut pas marcher. Par contre, l'idée d'avoir des batteries embarquées qui se rechargent n'est pas mauvaise et ne date pas d'hier. Récupérer l'énergie perdue au moment du freinage est par exemple qqch qui est utilisé dans d'autres moyens de locomotions.

Kristen Chaman 01/12/2015 23:34

Cher Damien, vous ne possédez pas la vision globale de mon mécanisme. Mon système fonctionne sur deux temps, pendant que le premier groupe de batteries distribue son énergie au véhicule pour le faire rouler, le second groupe se recharge grâce à la récupération d’énergie. J’y parle de roues et d’ouvertures, mais on peut y ajouter le freinage comme vous me le suggérez. L’addition des ressources utiles est la bienvenue, car plus, on récupérera d’énergie ; plus, le système sera performant.

Cela signifie, aussi, que de la vitesse du véhicule dépend la quantité d’énergie récupérable, pour recharger les batteries au repos. Par exemple, on peut critiquer à raison mon système en disant qu’un véhicule dans les bouchons ne produira pas assez d’énergie à cause de sa vitesse réduite. Toutefois, les bouchons ne sont jamais que temporaires et avant que mon double groupe de batteries ne s’épuise, le véhicule les aura quittés. Dans ce cas précis, il est possible que le véhicule demande à être relié à une borne de rechargement, afin de compléter le chargement des groupes de batteries.

Par rapport au système des ouvertures extérieures, on peut aussi compter sur un surplus d’énergie par temps venteux ; de ce fait, en plus de grilles de protection, il faut trouver la bonne inclinaison des ouvertures, afin d’éviter toutes obturations par des feuilles, des fétus de bois ou d’autres débris.


Bien à vous…