Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 septembre 2019 7 01 /09 /septembre /2019 01:28

 

Pour arriver à la formulation de ce mémo, il m’a fallu avant tout que je définisse d’une manière concrète ces trois mots que sont le temps, la réalité et l’énergie.

 

Bien sûr, le temps dont je parle n’est pas celui des mesures, telles les durées ou les distances qui sont propres au temps dit chronométrique. Ici, je parle plutôt du temps dimensionnel, celui d’Einstein, un temps indissociable de l’espace qu’un consensus scientifique nomme l’espace-temps. Dans cet espace-temps, c’est l’impermanence générale qui règne due à l’entropie qui fait que tout se forme ou se transforme sans cesse plus ou moins vite selon les conditions initiales de pression et de température présentes localement, ainsi que de la composition de la matière baryonique qui s’y trouve.

 

La réalité, telle que je l’entends nous est inaccessible, tout simplement parce que nous sommes des êtres dotés d’un système nerveux central qui ne nous permet pas d’atteindre les informations sensorielles reçues ou perçues autrement qu’en différé. Seule la science grâce à ses instruments de mesure et à ses expérimentations est capable d’approcher au plus près la réalité sans toutefois l’atteindre totalement, car ce que les sciences expliquent et décrivent ne sont jamais que des résultats partiels à cause de l’isolement que requiert l'expérimentation. Néanmoins, il existe des exceptions avec les constantes qui sont en quelque sorte à la base de la structure de l’espace-temps.

 

En ce qui concerne la matière baryonique, l’énergie à l’intérieur de l’espace-temps est partout. Elle résulte de l’activité des atomes qui dépend sans conteste de la composition de la matière et des pressions internes et externes qui s’exercent sur elle.

 

Ainsi le temps, la réalité et l’énergie se confondent par le fait que tous les trois emplissent la totalité de l’espace où se trouve la matière baryonique, ce qui fondamentalement ne permet pas vraiment de les différencier. Leur interdépendance apparaît parce que l'on ne peut pas agir sur l'un sans interagir sur les deux autres.

 

 

L'éclaireur du temps.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Piro 15/12/2019 20:44

La poésie est peut-être une autre asymptote de la réalité. Moins abstraite que la science.

Kristen Chaman 16/12/2019 00:01

En voilà, une belle idée que cette phrase : "La poésie est peut-être une autre asymptote de la réalité. Moins abstraite que la science."

La Poésie est la lumière souveraine qui amène la pensée à se magnifier.

Piro 08/11/2019 23:31

Intéressant développement. C'est assez héraclitéen dans l'ensemble avec l'idée d'impermanence, voir bouddhiste. Peut être qu'on n'atteint pas la réalité ultime des choses et du monde et que la science n'est qu'une asymptote de la réalité. En tout cas ce qu'on atteint du monde par la perception ordinaire est quand même suffisamment proche de la réalité pour nous permettre d'y évoluer sauf perturbation neurologiques et psychiques.
.

Kristen Chaman 09/11/2019 14:08

Bien sûr, l'important pour le vivant, c'est de pouvoir à continuer d'évoluer et en cela peut importe la réalité des éléments pourvue qu'elle soit ou demeure adéquate. Le hic, c'est le réchauffement climatique qui est apte à changer la réalité, donc apte à atteindre gravement à l'évolution de la vie. Merci Piro d'être passé me lire et me répondre !