Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 juillet 2009 7 05 /07 /juillet /2009 17:15




 

L’œil borgne a le courroux facile ;

Tandis qu’il effeuille les mots,

Ses vers souffrant les pires maux

Ont le teint pâle du fossile.

 

Si vous jugez l’audace habile,

Offrez-moi le sonnet du sot !

Alors, j’irai poindre au ruisseau,

Le cœur lourd, mais l’âme subtile.

 

Que de bonheurs, sur l’échafaud,

Ont péri d’un moindre défaut

Au grand autel de la censure ;

 

Car l’esprit, certain de son art,

Porte la mortelle blessure

Du couperet de son regard.








Partager cet article
Repost0

commentaires

LUZIFER 06/07/2009 10:38

Quel magnifique sonnet pour dénoncer ceux que d'aucuns manient avec tant de facilité! Chapeau bas !