Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 avril 2013 6 13 /04 /avril /2013 19:49

 

L’image du corps dévêtu d’une belle femme est un objet de convoitise tant pour les hommes que pour les femmes ; supposé que les hommes la désirent ; eh bien ! Les femmes l’envient. En partant de cette naturalité, les publicitaires dont le but premier est de toucher le plus grand nombre, en usent et en abusent. De cet état de fait que faut-il en retenir ? Est-il justifié d’avoir recours à des jugements culpabilisants ? Quand, ici, une simple remise en cause de la nature humaine est en jeu. 

 

Une femme nue, sur une affiche publicitaire, est un artifice servant à détourner les regards masculins et féminins ; la cible étant double, on ne peut pas inscrire ce procédé comme relevant du sexisme. On ne peut pas mettre en balance une disposition d’esprit voire un déterminisme propre au sexisme avec une représentation voire une pulsion propre à l’image. L’exposition à des fins publicitaires du corps de la femme, en faisant uniquement appel au côté représentatif ou pulsionnel des personnes, n’est en rien la source d’un sexisme patent.

 

Une société humaine, qui cherche à moraliser la nature, marche sur la tête ; a contrario, en cherchant à la connaître, elle anticipe son parcours. Sans l'anticipation, il n’est pas d’actions correctrices : ceci exprime la différence fondamentale existant entre l’agir et le subir.

 

 

Bien à tous, fraternellement…

L'éclaireur du Temps.


Partager cet article
Repost0

commentaires